Environnement en Suisse : Vers une meilleure qualité de l’air

Selon les données de l’association Touring Club Suisse qui analyse depuis 1983 les gaz d’échappement d’un certain nombre de véhicules en Suisse, les émissions en matière de substances nocives sont actuellement extrêmement réduites grâce au renforcement des prescriptions.

Amélioration de la qualité de l’air

Alors qu’autrefois, il a fallu utiliser des données en gramme par kilomètre pour les émissions de CO, de NOx, de HC ainsi que de particules de suie, de nos jours, ces substances nocives qui circulent dans l’environnement en Suisse ne se mesurent plus qu’au microgramme. Pour parvenir à de telles fins, les moteurs à essence sont contraints de respecter au minimal les normes Euro 4 et Euro 5. Par ailleurs, force est de préciser que pratiquement aucune émission de NOx n’est produite par les véhicules diesel dont la règlementation exige de s’équiper de filtres à particules selon la norme Euro 5. Cependant, de telles émissions ont encore été réduites avec la mise en place récente de la norme Euro 6.

De l’air de plus en plus pur

Grâce à l’instauration de ces mesures extrêmement sévères et destinées aux véhicules roulants en Suisse, à l’artisanat, au chauffage ainsi qu’à l’industrie, les chiffres indiquent un net recul des polluants atmosphériques et bien sûr, une amélioration de la qualité de l’air. Ainsi, depuis l’instauration de ces mesures effectuées régulièrement par le TCS, une nette diminution de la pollution de l’air a été constatée dont un très fort recul de certains polluants dangereux tels que le plomb, le dioxyde de souffre ainsi que le monoxyde de carbone.

Quelques valeurs limite encore dépassées

Cependant, si l’on se réfère à l’Ordonnance sur la protection de l’air, certains polluants dont le dioxyde d’azote, l’ozone ou encore les poussières fines affichent encore des taux qui dépassent les valeurs d’émissions fixées et qui sont considérés comme des responsables de problèmes de santé chez l’homme. Concernant les poussières fines, il s’agit actuellement d’un problème environnemental majeur qui devrait être résolu dans les meilleurs délais par les autorités locales mais aussi par la société entière car induisant près de 4,2 milliards de francs en matière de dépenses de santé chaque année.

Lassen Sie eine Antwort

Ihre Email-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Du kannst diese HTML Tags und Attribute verwenden:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*